Jour 44 : Bratislava (0 km)

Ce matin, réveil tranquille à l’auberge de jeunesse. Finalement, nous n’avons pas si mal dormi dans notre boîte à chaussures… heu capsule. Après un bon petit-déj’, nous partons pour un « free tour » dans Bratislava.

On part de zéro

Comme à Vienne, nous sommes très nombreux mais nous suivons sans problème les explications de notre guide. Nous apprenons plein de choses et ce n’est pas difficile car nous ne savions rien sur la Slovaquie auparavant ! (et vous ?) L’Europe de l’Est était pour nous un gloubi-boulga de pays de toutes tailles au passé communiste. Mais notre voyage permet d’éclairer d’une lumière nouvelle cette zone d’ombre. Nous découvrons que la Slovaquie a une identité culturelle forte, bien différente de la Slovénie, sa sœur de nom, et de la République Tchèque, sa sœur historique. Nous apprenons aussi l’histoire du pays, la création de la Tchécoslovaquie, son démantèlement lors de la seconde guerre mondiale, sa position d’allier de l’Allemagne, le communisme, la révolution de velours (qu’ils sont loin nos cours d’histoire !)… Cette histoire passionnante est racontée avec brio par Simona, notre guide, qui ne manque pas d’illustrer son discours avec des anecdotes familliales.

Un centre historique charmant

Bien sûr, c’est aussi l’occasion de visiter Bratislava. Son architecture n’est pas aussi impressionante que celle de Vienne, mais on retrouve l’authenticité qui nous manquait dans la capitale autrichienne. Il y a moins de tourisme et plus de vie locale. L’atmosphère est décontractée et on s’y sent bien. Son petit centre historique est traversé de ruelles bien charmantes remplies de cafés/restaurants à la décoration soignée. Nous ne regrettons pas de nous y arrêter une journée entière.

Une cuisine goutue

À midi, nous goûtons à la cuisine locale. Nous avons quitté le paradis de la saucisse pour le pays de la pomme de terre et du fromage de brebis, ce qui n’est pas pour déplaire à Cécile. Mais heureusement pour Charles, il n’y a pas que du fromage. Il déguste des boulettes de pommes de terre au porc avec du chou et Cécile des sortes de gnocchis au fromage de brebis. Nous sortons de table ravis. C’est qu’elle est bonne la cuisine slovaque ! D’ailleurs, la pinte de bière descend sous les 2€. Les photos ne rendent pas honneur à leurs saveurs :

Un château pour la vue

L’après midi, nous continuons de nous imprégner de l’atmosphère locale, une glace à la main. Nous montons au château, appelé très sommairement le château de Bratislava. Il n’est pas extraordinaire mais sa colline offre une vue imprenable sur la ville.

Y’a pas à dire, c’est bon !

Tiens, le temps file vite, c’est déjà l’heure du dîner ! La cuisine slovaque nous a tellement séduite que nous repartons dans un restaurant typique pour dîner : soupe à l’ail dans un pain rond, goulash, beignets aux noix… Ce n’est pas riche en légumes mais c’est très bon ! Nous repartons le ventre plein… Arriverons-nous à rentrer dans notre capsule ? La réponse demain, dans un prochain article 😉

Article mis en selle via smartphone.

2 Comments

Add Yours →

Laisser un commentaire