Jour 24 : de Mandeure à Mulhouse (62 km)

Dodo vélo apéro

Ce matin, nous remballons nos affaires tranquillement dans la rosée de Mandeure. Une petite routine commence à s’installer et nous avons pris nos repères. Petit-déjeuner dans la tente, Charles part faire sa toilette pendant que Cécile range les duvets et les matelas et inversement au moment de replier la tente. On ferme les sacs, remplit les gourdes et c’est reparti pour une journée de velaouw !

L’Alsace et ses mystères

Aujourd’hui, nous allons jusqu’à Mulhouse en suivant le canal du Rhône au Rhin. Les paysages sont moins charmants que ceux de la vallée du Doubs, alors nous en profitons pour pédaler en musique et chanter à tue-tête sur nos refrains préférés, enfin surtout Cécile… Charles le sait : une Cécile qui chantonne c’est une Cécile qui pédale. Ajoutons à cela le plat total de la piste cyclable et le petit vent dans le dos, et nous battons aujourd’hui notre record avec une vitesse moyenne de 20 km/h. Une petite pause pique-nique sous un prunier au bord d’une écluse et ça repart. Ça y est, nous arrivons en Alsace, la Suisse n’est plus très loin ! Les cigognes planent au-dessus de nos têtes pour nous accueillir. Sur le goudron, des inscriptions jalonnent notre parcours… Tous les 100 mètres il est écrit… « la bite » ! « Sûrement de l’allemand » se dit Charles, « nous sommes sur la bonne voie !  » – « Quel message l’artiste veut-il faire passer ? » se demande Cécile perplexe. Alors que nous sommes plongés dans nos réflexions respectives, un panneau « guinguette » nous réveille instantanément. C’est le premier bar ouvert que nous voyons sur la route depuis notre départ ce matin ! Encore un mystère… Pourtant, il y a beaucoup de circulation à vélo (surtout des locaux et des cyclotouristes allemands). En fait, nous n’avons pas vu autant de monde depuis les pays de la Loire !

Mul’house of cars

Au camping, nous retrouvons à nouveau Denis, notre compère que nous croisons à plusieurs reprises depuis Dole. Pour lui c’est sûr, la visite à ne pas manquer à Mulhouse c’est la Cité de l’Automobile. Charles est emballé, Cécile pas convaincue. Il est trop tard de toute façon pour faire une visite aujourd’hui alors nous déambulons dans le centre-ville de Mulhouse, plutôt sympa. Mais ce que nous retiendrons vraiment de notre journée, c’est le repas 100% alsacien que nous avons mangé au restaurant Le Cellier : spaetzle, flamenkuche, gratin au Munster, gewurztraminer… un délice ! Notre voisine de table alsacienne considère aussi que la Cité de l’Automobile est un incontournable. On dirait que nous savons déjà ce que nous allons faire demain matin…


Article mis en selle via smartphone.

Laisser un commentaire