Jour 31 : Munderkingen > Ulm (48 km)


La galère de la pluie au réveil

À Munderkingen, nous nous endormons avec les cliquetis des gouttes sur la tente… Et nous nous réveillons aussi sous la pluie. « Chic ! » se dit Cécile, nous pouvons faire la grasse matinée, « autant attendre que l’averse se calme« . Mais l’averse ne se calmera pas. À 11h30 c’est encore le déluge. Nous décidons malgré tout de prendre le large afin de rejoindre Ulm dans la journée. La tente est mouillée, nous espérons pouvoir la faire sécher ce soir. À midi, nous trouvons refuge dans l’entrée d’un Lidl pour casser la croûte : à l’abris, machine à café, poubelle… et cette vue sur le parking… le grand luxe ! Le chemin de cet après-midi se fait sans encombre, sur de belles pistes cyclables plates et roulantes comme on les aime, mais sans grand intérêt touristique.

Ulm, l’étape urbaine qui fait plaisir

En revanche, la ville de Ulm (prononcez Oulm) où nous faisons étape ce soir vaut le détour. Son architecture mélange authenticité et modernité car toute une partie de la ville a été détruite pendant la seconde guerre mondiale. On y trouve aussi deux curiosités : le clocher d’église le plus haut du monde et l’hôtel le plus penché du monde. Par chance, nous passons au moment du Wein Fest : le festival du vin ! Décidément, ce n’est toujours pas ce soir que nous mangerons notre soupe lyophilisée… Nous préférons commander du vin et une flamenkuche ! Nous continuons de flâner en compagnie de Solenne avec qui nous passons toute la soirée. C’est aussi ça l’EuroVélo 6 : des moments simples et de belles rencontres !

Article mis en selle via smartphone.

Laisser un commentaire