Jour 66 : Nikopol > Byala (108 km)

  • Distance parcourue : 108 km
  • Temps de pédalage : 5h30
  • État physique : rincés !
  • Sur les ondes de Velaouw FM : Chan chan de Compay Segundo
  • Hébergement : hôtel Verona

Peinards dans la cambrousse bulgare

Après une bonne nuit dans notre « golden hotel » (le seul hébergement à des km à la ronde), nous reprenons la route. La météo est encore excellente, un soleil radieux et un petit 30° avec un fond d’air frais. On attaque direct par une bonne montée pour se chauffer les cuissauds. On commence à être habitués en Bulgarie… Nous roulons toute la matinée sur une route peinards sans trafic. On avance bien et de toute façon le paysage n’est pas excitant : c’est de la brousaille à gauche et de la brousaille à droite.

Nous nous arrêtons déjeuner à Svishtov, dans un petit boui-boui avec de la musique « MTV » à fond. Comme nous ne comprenons rien à la carte, Charles commande ce qu’il connait, des « kofte » (boulettes de viande) et Cécile commande le seul plat végétarien qu’elle voit en photo, une « Tarator » (soupe froide au concombre).

Up and down and up and down and up….

L’après-midi, le paysage devient nettement plus joli. Nous traversons des vallées désertiques fendues par les gorges d’une rivière ! Tout est tellement sec… Un endroit ideal pour les serpents sans doute… Tiens, Charles en voit un énorme traverser la route (et un autre écrasé malheureusement) ! Par contre, ça n’en finit pas de monter et descendre, monter et descendre, monter monter monter et descendre descendre descendre…

À la recherche de l’hôtel perdu !

On arrive à Cenovo avec 98 km et environ 800m de dénivelé dans les pattes avec l’espoir de trouver un logement. Il y a un hôtel par là dit une villageoise. Mais on ne le trouve pas. Un autre villageois nous escorte en voiture jusqu’au soit-disant hôtel… L’entrée est fermée. Après de longues pérégrinations, il se trouve que le bâtiment n’héberge que des invités officiels de la ville… Et visiblement ils ne nous considèrent pas comme des V.I.P. Nous repartons donc la queue entre les jambes direction Byala à 15 km d’ici. Ce n’est pas sur le tracé officiel, mais c’est là où l’on trouve les hôtels les plus proches. Les routes sont tout aussi vallonnées et Cécile commence à atteindre ses limites : le corps est faible, tremblant ! Le trajet se termine en beauté sur l’autoroute… Tout ce qu’on aime. Nous trouvons finalement un hôtel en centre-ville, soulagés et exténués.

Article mis en selle via smartphone.

2 Comments

Add Yours →

Laisser un commentaire