Tour du Mont Blanc

Tour du Mont Blanc (TMB) étape 1/4 : de Passy à Champex-Lac

Après quelques années d’inactivité, Velaouw s’est refait une petite beauté et remonte en selle pour des aventures plus courtes mais tout aussi riches ! Nous voilà en 2020 et cela fait quelques semaines que mon pote Quentin m’a proposé de faire le tour du Mont Blanc à bicyclette. Ni une ni deux, je pose mes jours et nous voilà frais comme des gardons, prêts à affronter 10 000m de dénivelé alpin. Nous nous lançons pour 4 jours de bitume avec nos destriers chargés de sacoches arrières (tentes, réchaud et tout le tralala). Cécile, elle, n’a pas voulu se joindre à la fête.


C’est parti !

Nous démarrons cette aventure un jeudi matin de juillet depuis Passy, la voiture dormira sur le parking de l’église. La partie jusqu’à Chamonix nous échauffe avec un bon raidillon à Vaudagne, comme un très léger avant goût de ce qui nous attend. De toute façon on est parti pour souffrir ! 🤣 La météo est radieuse et le Mont Blanc semble nous dire « vous allez en ch*er ».

Petit arrêt chamoniard histoire de manger une barre et ça repart. Direction le premier col de la journée, le col des Montets à 1461m (environ 400m+ depuis Cham’). La descente de l’autre côté nous fait basculer du côté Suisse 🇨🇭

A nous la Suisse

Nous enchainons avec le deuxième col de la journée, la Forclaz à 1527m (environ 400m+ depuis le bas). Une fontaine dans le premier village suisse que nous croisons, Trient, nous permet de remplir nos gourdes. La vallée est vraiment belle. Il est 13h lorsque nous atteignons le sommet, la terrasse d’un restau nous tend ses bras, nous ne résistons pas ! Pas de place pour un digestif mais pour une petite sieste au soleil allongés dans l’herbe, oui ! Ça refait !

L’estomac rempli et la tête reposée, nous descendons de l’autre côté du col à toute berzingue, avec la ville de Martigny en arrière plan. La température se réchauffe et nous voilà au milieu de vergers remplis d’abricotiers chargés à bloc. Comme si un micro climat régnait dans ce coin, sommes-nous vraiment en Suisse ? Le mirage s’estompe vite dans la montée de Champex-Lac. Une petite route à lacet avec une pente de bat*rd, sûrement l’ascension la plus dure de ce tour ! Je ne compte plus les mini pauses pour boire un canon et reposer les guiboles, d’autant plus que la chaleur s’est invitée à la fête. Le paysage est bucolique, bien vert et parcouru par des ruisseaux. Il ne manque que le son des cloches des vaches.

Après l’effort le réconfort

Il est 18h et la vue du panneau « Champex » me donne le sourire, c’est la fin de la première étape ! Nous posons notre tente dans le camping de la station et prenons l’apéro au soleil, LA récompense de la journée. On enchaine avec un petit restau au bord du lac de Champex-Lac (ça ne s’invente pas). On s’enfile un rosti, une spécialité suisse faite de pomme de terre. L’atmosphère de fin de journée qui se dégage de cet endroit est particulière. On se croirait presque au Canada. Retour au camping, autour de nous les tentes des randonneurs qui font le tour du Mont Blanc (TMB pour les intimes) à pied sont éteintes depuis longtemps.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.