Jours 12-13 : repos à Nevers (0 km)

Nous avons profité de notre passage à Nevers pour faire une petite pause de deux jours chez les parents de Cécile. Ce break est pour nous l’occasion de reposer nos gambettes et de faire des ajustements à notre équipement.

Et la lumière fût

Après une dizaine de jours, nous nous sommes rendus compte qu’avoir de l’électricité en camping était un peu galère. Souvent, les seules prises sont dans les sanitaires, donc sans surveillance. N’ayant pas de dynamo sur nos vélos, nous avons décidé de nous équiper d’un panneau solaire afin de recharger les batteries en roulant la journée, le panneau déplié sur le porte bagage. Cela devrait nous permettre de pouvoir alimenter ce blog chaque soir en autonomie !

Dormir sur nos deux oreilles

Pour passer des nuits un peu plus confortables, nous avons ajouté deux couvertures polaires (on ne pensait vraiment pas qu’il fasse aussi « froid » l’été) et deux oreillers. Là, on devrait être au top!

Savoir ménager sa monture

Côté vélo, un nettoyage s’imposait ainsi qu’un graissage de la chaîne. Une bonne partie du tracé se fait sur des chemins plutôt poussiéreux. Maintenant, on n’entend plus aucun bruit mécanique en roulant, un vrai régal ! Pour gagner de la place sur un des porte-bagages, Charles a fixé les antivols sur les tiges de selle, les rendant plus à portée de main quand nous avons besoin d’attacher les vélos.

Geekeries

Votre blog préféré s’est fait un petit masque de beauté. Charles a profité de ce temps « libre » pour corriger un gros bug d’affichage ! Désormais les articles ne se chevauchent plus sur la page d’accueil. Il a également installé un plugin afin de vous permettre d’afficher en grand les images des articles, et ça ça fait plaisir ! (à nous déjà 😁). Pour finir, la date de publication des articles est affichée (spéciale dédicace à Camille).

Reprendre du poil de la bête

Ce break a aussi été l’occasion de passer des bons moments en famille et entre amis avant le grand départ. Car Saint-Brévin-les Pins > Nevers n’était qu’un prélude de 700 kilomètres. Nous avons encore 3000 kilomètres à parcourir et nous nous éloignerons lentement mais sûrement de notre douce France vers des contrées inconnues.

Laisser un commentaire