Eurovelo 6,  France

Jour 18 : de Palinges à Santenay (69 km)

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt

Forts de notre expérience de la veille où nous avons dû pédaler en plein cagnard, nous décidons d’avancer encore l’heure du réveil. À 7h20, nous sommes sur nos vélos avec pour objectif de rejoindre Santenay avant 14h pour éviter le pic de chaleur. Nous partons déterminés pour jouer cette course contre le soleil.

Easy peasy

Entre Palinges et Santenay, l’EuroVelo 6 propose plusieurs tronçons alternatifs : suivre le canal, ses routes plates et monotones, ou s’aventurer dans l’arrière-pays ce qui est un poil plus long et vallonné. Alors que nous avions initialement choisi de suivre le canal, plus facile et plus rapide par ces temps de forte chaleur, le destin nous amène sur un chemin alternatif dès la sortie du camping, que nous suivrons jusqu’à mi-parcours. Et finalement, nous sommes ravis de cet heureux hasard. Il est bien agréable de pédaler dans la fraîcheur matinale, l’arrière-pays bourguignon est plein de charme et nous apercevons depuis la route la vie agricole qui s’active au petit matin. Dans ces circonstances, même les petits dénivelés passent en douceur pour Cécile.

Nous retrouvons finalement cet interminable canal à Blanzy (la Loire nous manque déjà), et nous mettons du Mickey 3D et Queen à fond pour passer le temps en nous prenant pour des sportifs de haut niveau sur « We are the champions« . En effet, il est 10h30 et nous avons encore la moitié du chemin à parcourir pour arriver dans les temps (ce qui ne nous empêche pas de faire des petites « pauses cookies » régulièrement à la demande de Cécile). Plus on avance, plus la température s’intensifie et nous pouvons dire que la dernière heure n’était pas une partie de plaisir. Mais miracle : nous arrivons à 13h au camping de Santenay !

Pas de slip, pas de piscine

Par contre, pas de piscine pour nous (Charles ne peux pas accéder à la piscine municipale sans slip de bain, « malinx le lynx »…). Nous passons donc toute l’après-midi avachis sur nos matelas, les corps moites et visqueux comme des savonnettes et avec une énergie proche de celle de Doc Gynéco. Ah si, nous sommes quand même allés boire l’apéro sur la place du village ! Vivement demain que nous vivions le summum de cette canicule !


Article mis en selle via smartphone à énergie solaire.

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.